Bienvenue sur le blog de
Vincent MAURIN

Mot clé - la Poste

Fil des billets

La Poste... Sud Ouest en parle...

Mon courrier a été repris par le journal de France Bleue Gironde le 31 décembre (18h) et par Sud Ouest (lien ci-dessous) le 1er janvier, jour d'une nouvelle étape vers la privatisation en ouvrant la concurrence à la distribution des plis de moins de 50g...
Un postier m'a dit: "à terme, on aura, comme pour le téléphone, plusieurs prestataires... ce sera plus cher pour le "client"... et on assistera à un ballet de mobylettes, voitures et estafettes à logos différents pour livrer le courrier dans la même rue... Bonjour le développement durable !"
Il ne riait pas...

article sudouest

 

La Poste de Bacalan encore frappée !

Photos-0014.jpg
45 minutes d'ouverture en moins... Je viens d'écrire au Directeur départemental (voir annexe) et au Maire:

Lire la suite...

 

Bordeaux-Nord riPOSTE !

J'ai passé ma matinée hier avec mes amis communistes à la votation citoyenne contre le changement de statut de La Poste. A Bacalan, devant le bureau de poste Achard, quatre militants socialistes étaient à nos côtés, dont Martine Diez, conseillère municipale et Philippe Dorthe, conseiller général. Nous avons rassemblé 206 votes contre la privatisation, 0 pour et 2 nuls. La veille, la CGT avait déjà recueilli plusieurs dizaines de signatures au même endroit. Cela s'ajoute aux 800 signatures collectées par les communistes de Bacalan, qui depuis 3 ans dénoncent les réduction d'horaires d'ouverture et les suppressions d'emplois à Bx Docks et Achard !
Mais ce 3 octobre, quel succès ! Des usagers sont venus spécialement devant la Poste pour voter, notamment des jeunes.
Je suis passé à Bx-Docks où des militants CGT, PCF, Gauche unitaire et Parti de Gauche avaient recueilli en quelques jours 487 signatures. Au Grand Parc, ce sont 248 signatures recueillies au marché, en présence de Michel Dubertrand, secrétaire départemental du PCF. Une vague de fond qui montre bien que les citoyens de notre pays ne sont pas prêts à laisser brader leurs services publics sans réagir.

votation_03.10.09_002.jpg
votation_03.10.09_011.jpg
votation_03.10.09_012.jpg
votation_03.10.09_013.jpg
à Bx-Docks

Ci-dessous un commentaire du PCF:

''La Poste va constituer l’un des conflits majeurs de l’automne. Le gouvernement croit pouvoir faire passer la privatisation comme une lettre à la poste. La méthode est éprouvée comme en avaient fait l’expérience les salariés de France Télécom. Les dégâts humains sont lourds mais le bulldozer libéral était passé. Les sirènes des marchés financiers n’avaient-elles pas chanté sur tous les tons que la concurrence abaisserait les prix pour les usagers devenus des clients, qu’elle dynamiserait le pouvoir d’achat des employés devenus des actionnaires, que la déréglementation libérerait le tra¬vail de ses routines sclérosantes ? L’heure du bilan sonne aujourd’hui comme un glas et l’efficacité économique n’est pas au rendez-vous. « L’expérience s’achète par le malheur », écrivait Balzac. C’est dans ce creuset que les citoyens et les postiers ont puisé de bonnes raisons de se retrouver et de s’unir pour empêcher la transformation en société anonyme. À quoi servirait ce changement de statut, sinon à permettre demain que les capitaux privés s’y engouffrent ? Dans la foulée de Reagan ou de Thatcher et, depuis vingt ans, les gouvernants français – certains, hélas, étaient socialistes (loi Quilès en 91)– ont accéléré toutes les déréglementations depuis vingt ans. Mais le mythe de la clairvoyance et des bienfaits des marchés financiers vient de s’effondrer dans la crise économique la plus sévère depuis la Seconde Guerre mondiale. La population n’a pas envie de troquer la présence postale, l’égalité de traitement, une banque d’intérêt général contre les acrobaties des traders et la loi de la rentabilité maximum. Voilà pourquoi syndicats, usagers et partis de gauche se sont retrouvés dans le Comité national contre la privatisation de La Poste et orga¬nisent une consultation nationale le 3 octobre. Déjà de nombreuses mairies – souvent sous l’impulsion de premiers magistrats communistes – ont annoncé qu’elles ouvriraient des bureaux de vote. Ailleurs, les militants prennent des dispo¬sitions. Ensemble, par-delà leurs différen¬ces ou même leurs divergences. L’ampleur de ce front, la sensibilité extrême de la population quant à l’avenir de ce service public ont mobilisé le ban et l’arrière-ban des snippers sarkozistes. Les deux porte-parole UMP, Frédéric Lefebvre et Dominique Paillé, ont ouvert un feu de barrage en prétendant qu’il « n’y a aucun risque de privatisation ». Le chan¬gement de statut ne répondrait qu’à une vague « question de gestion interne et de concurrence sur le marché ». Personne n’est dupe. Le maintien et le développement de La Poste à la française et, pourquoi pas, son inclusion dans un grand service public européen sont devenus une impérieuse nécessité dans le contexte de crise où des territoires sont délaissés et des populations exclues du droit à communiquer. Il s’agit d’une propriété collective et tous les citoyens doivent pouvoir se prononcer sur son avenir. Le gouvernement se garde bien de prendre le risque d’un référendum. Ce sont les opposants à ses projets qui en prennent l’initiative. Ils ont la sympathie de l’opinion publique. Un vote franc et massif peut faire reculer les privatiseurs.''

 

Tous pour La Poste le 3 octobre

C'est samedi prochain que les citoyens sont appelés à se prononcer sur l'avenir de la Poste.
Je vous invite à visionner et faire connaître le diaporama ci-joint (voir annexe). Il montre bien le lien entre privatisation-baisse de qualité de service-hausse des tarifs-casse de l'emploi. Il montre quelques exemples européens de ce qu'il nous faut éviter en France.

Depuis plusieurs jours, avec mes amis communistes de Bacalan, nous préparons cette matinée de votation.
Rendez-vous samedi devant la Poste Achard de 10 h à 12 h.

D:\DCIM\100DICAM\DSCI0059.JPG

D:\DCIM\100DICAM\DSCI0120.JPG

 

Banderoles à Bordeaux-docks !

Avec Fabienne Auguste, nous étions jeudi midi aux côtés des salariés de la Poste de Bx-Docks, mobilisés pour la réouverture du bureau entre midi et 13h30 et contre une nouvelle menace de réduction de l'amplitude d'ouverture (fermeture 18h au lieu de 18h30). Ils demandent la création de 2 emplois pour assurer le bon fonctionnement de ce service public postal.

Lire la suite...