On vient de vivre un mois d'exaltation médiatico-politique autour des 20 ans de la chute du mur.
Que n'a-t-on célébré la fin d'un régime autoritaire, où chaque citoyen était étroitement surveillé, où les intellectuels n'avaient qu'un espoir: passer à l'ouest...!
Pour être allé à plusieurs reprises dans l'ex-RDA, j'ai, comme beaucoup d'allemands d'ailleurs, une vision plus nuancée de ce que fut réellement la RDA et j'en reparlerai prochainement ici. Tout comme je reviendrai régulièrement sur les dizaines de murs capitalistes qui oppressent encore aujourd'hui, les libertés de nombreux peuples dans le monde mais laissent étrangement muets bien des volubiles pourfendeurs du communisme.

Mais comment ne pas ressentir un profond malaise ici, en France, quand un député de la République se permet de rappeler à l'ordre un écrivain, tout juste honorée du Goncourt, qui ose exprimer une opinion et critiquer le Président et ses ministres.
Eric Raoult se met dans la peau du censeur, revêt l'imperméable gris d'un lieutenant de la Stasi et tente de faire taire le politiquement incorrect... le mur à l'envers !


Mon fils de CE1 m'a lu ce soir une page du roman choisi par sa maîtresse: "La diablesse et son enfant" ... l'auteur est Marie Ndiaye, une femme puissante !

article de l'Huma: Voir ici