''Un jour ils sont venus chercher les Roms,

Je n'ai rien dit... je n'étais pas Rom.

Un jour ils sont venus chercher les gens du voyage,

Je n'ai rien dit... je n'étais pas voyageur.

Un jour ils sont venus chercher les « sans-papiers »

Je n'ai rien dit... j'avais mes papiers.

Un jour ils sont venus chercher les militants associatifs,

Je n'ai rien dit... je n'avais pas d'association.

Un jour ils sont venus chercher les syndicalistes,

Je n'ai rien dit... je n'étais pas syndiqué.

Un jour ils sont venus chercher les communistes,

Je n'ai rien dit... je n'étais pas communiste.

Un jour ils sont venus chercher les jeunes des banlieues,

Je n'ai rien dit... je n'habitais pas en banlieue.

Un jour ils sont venus chercher les musulmans,

Je n'ai rien dit... je n'étais pas musulman.

Un jour ils sont venus chercher les juifs,

Je n'ai rien dit... je n'étais pas juif.

Un jour ils sont venus chercher les catholiques,

Je n'ai rien dit... je n'étais pas catholique.

Un jour ils sont venus chercher mes voisins,

Je n'ai rien dit... je ne fréquentais pas mes voisins.

Puis un jour ils sont venus me chercher,

J'ai appelé... mais il ne restait plus personne pour dire quelque chose !''

Vincent Maurin d'après le texte du pasteur allemand Niemöller, écrit au camp de Dachau en 1942.