COMUNIQUE DE PRESSE
À rédaction,

Comme expliqué dans ma déclaration du 11 mai 2009 (voir lien), je ne participe plus au conseil de quartier de BxNord, rebaptisé à la hussarde BxMaritime. La raison principale en est la disparition de la notion de proximité citoyens-décideurs. La preuve ce soir où deux sujets concernant le quartier du Lac et de Bacalan vont être présentés à Cap Sciences !

Comme ces deux projets n'ont fait l'objet d'aucune concertation ou échange entre l'adjointe de quartier et l'élu d'opposition que je suis, habitant et travaillant dans le quartier, je livre ici mon point de vue:

- collége privé sur Ginko: c'est une véritable provocation au moment où la communauté éducative se mobilise depuis des mois pour la défense du service public d'éducation, frappé par 16000 suppressions de postes. Provocation quand la Ville dit que c'est le Conseil génèral qui a préféré le site de Bruges pour le collége public en omettant de préciser que tous les élus de la Cub, hormis les communistes, ont validé le projet Bruges. Provocation qui me laisse malheurerusement craindre une entente CG-Ville de Bx-Rectorat ne répondant pas aux besoins de mixité scolaire sur ce secteur nord de la ville, comme je l'ai réclamé lors du CDEN du 28 janvier dernier.

- chalets Emaus pour les Roms: je m'oppose au choix unique de Bacalan, pour l'implantation des 10 chalets bordelais. La solidarité doit pouvoir s'exprimer sur d'autres quartiers de Bx, notamment Caudéran qui dispose du foncier nécessaire. Bacalan, avec les 700 résidents de la communauté andalouse, les 32 caravanes de gens du voyage de la jallère, un taux de chômage double de la moyenne communale, des établissements scolaires en voix de ghettoisation du fait de l'évitement scolaire, ne présente pas toutes les garanties de réussite d'intégration de ces populations fragilisées par le refus des régularisations préfectorales et la précarité.


Bordeaux le 21 mars 2011