flybx62.jpg
Madame Monsieur

Le 20 mars sera l’occasion pour chacune et chacun de prendre position dans les débats politiques en cours. Les enjeux locaux, dans ce canton de Bordeaux sud en mutation, mobilisent la campagne électorale, à juste titre. Mais comment ne pas utiliser cette consultation électorale pour adresser un message clair à ceux qui gouvernent, légifèrent, décident dans des institutions qui impactent la vie de nos quartiers et cantons ?

Les formations politiques des principaux candidats aux élections cantonales, UMP, PS ou Europe écologie ont toutes des responsabilités dans les choix européens issus des traités de Maastricht à Lisbonne. Domination du marché, concurrence, privatisations, gel des salaires, casse des services publics… autant de dogmes capitalistes dont les applications concrètes brisent des vies, inquiètent jeunes comme séniors mais mobilisent aussi des millions de salariés dans toute l’Europe !

Au plan national, l’élection des 20-27 mars sera la seule consultation avant les présidentielles. Comment ne pas s’en saisir pour sanctionner le pouvoir de Sarkozy, sourd aux revendications de millions de manifestants pour les retraites à l’automne dernier ? Pour s’opposer aux suppressions de postes dans l’Education nationale et d’autres secteurs d’Etat, aux suppressions de lits dans les hôpitaux, aux réductions d’amplitude d’ouverture des bureaux de poste ? Pour dire au MEDEF, à la droite, aux chefs de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international : oui il faut augmenter le pouvoir d’achat du plus grand nombre, oui il faut un haut niveau de dépense publique pour garantir la justice sociale et donc l’égalité des citoyens ?...L’argent… ? Il existe ! On a su le mobiliser pour sauver les banques dans la crise ! On sait exonérer les riches avec un bouclier fiscal et une réduction de l’Impôt sur la fortune !

Pour dire aussi : on veut que la gauche gagne demain… avec un projet de gauche… pour une vraie alternative… durable !

Au plan départemental, le 20 mars, vous direz votre désaccord avec une réforme des collectivités locales qui s’attaque aux deux échelons de proximité que vous connaissez : le département et la commune. Vous refuserez le désengagement de l’Etat qui les oblige ou à réduire les services ou à augmenter les impôts locaux et les tarifs.

Au plan local, vous pourrez marquer votre volonté d’une ville plus juste et solidaire, avec priorité aux services publics (écoles, crèches, culture, sport), au logement pour tous, au développement économique diversifié, aux déplacements doux facilités… Savez-vous que les élus communistes de la ville et de la CUB n’approuvent pas les orientations actuelles de futur « quartier d’affaires » de l’opération Euratlantique ? Le 20 mars, vous direz votre impatience à voir réalisés des projets d’intérêt général : piscine, école, collège, crèche, jardin public, gymnase… dans votre quartier trop longtemps délaissé, et bientôt trop rapidement remodelé.

Vous manifesterez votre désir de voir du neuf à Bordeaux Sud, par un renouvellement de sa représentation politique… avec des candidats salariés, au cœur des luttes sociales, définitivement à vos côtés, pour ne rien lâcher !
pfbx6.jpg