DECLARATION COMMUNE AU CDEN DE GIRONDE Du 14 Juin 2010

Les représentants au CDEN constatent à la lecture des documents et sur la base des informations recueillies dans les établissements que la rentrée 2010/2011 se fera dans la logique des mesures de la note de politique scolaire du ministère public adressée aux Recteurs et Inspecteurs d'Académie. Cette note récemment publiée par la presse acte cyniquement les 13 meilleures façons de supprimer de postes. ? La montée des effectifs par classe ? L’abandon des missions de remplacement ? L’abandon de la formation des maîtres ? L’abandon de la scolarisation des moins de 3 ans ? La suppression des RASED ? La suppression des IDD en collège ? La réduction du nombre de places en CAP ? La suppression d’enseignement d’exploration en lycée . Réformes qui sont toutes comptables et non pédagogiques. Depuis des années en Gironde on applique ce système qui détruit l'emploi public et aggrave les conditions de réussite des élèves. Pour cette rentrée, et au regard de la note ministérielle cela est particulièrement révélateur et significatif. Ainsi ce document : - expose publiquement ce que nous dénonçons depuis des années: le cynisme comptable, l'hypocrisie doublée de simulacre de dialogue social et l'absence de toutes considérations pédagogiques - après avoir énoncé des motifs, des éléments de contexte et des références juridiques, il propose une fiche académique destinée à supprimer l'emploi. La rentrée s'organise donc en parfaite logique avec les injonctions ministérielles, mais en parfaite contradiction avec les intérêts des élèves et des personnels. De plus les conditions de travail toujours dégradées entraînent une montée des violences entre les élèves et envers les personnels. La seule réponse institutionnelle consiste à la création d'établissements « CLAIR » qui organise la déréglementation et stigmatise certains élèves. Qu'en sera-t-il en Gironde? Quant aux crédits globalisés dans le cadre de la LOLF, ils sont en baisse d'environ 30%, obligeant les équipes pédagogiques à renoncer à leurs projets, car il ne saurait être question de sacrifier les fonds sociaux et l'achat des manuels scolaires. Les représentants du CDEN vous demandent d'intervenir auprès de Monsieur le Recteur et de Monsieur le Ministre afin qu'ils renoncent à imposer à toute une profession qui le refuse la réforme de la formation des maîtres. Réforme qui a pour seule justification la suppression de postes, et comme conséquence l'abandon d'une formation professionnelle pour les futurs enseignants. Enfin, l'actualité de cette rentrée c'est aussi les attaques contre les personnels de la Fonction Publique et singulièrement ceux de l'Éducation Nationale qui voient la pénibilité de leur travail s'accentuer, leurs perspectives de carrière s'assombrir, à travers l'allongement de la durée du temps de travail, l'augmentation annoncée du montant des cotisations retraite, sans aucune revalorisation salariale, conduisant ainsi à l'appauvrissement de la profession, et justifiant l'appel à la mobilisation le 24 juin. Il est donc plus qu'urgent de donner un avenir à nos élèves et à notre système éducatif en Gironde comme sur tout le territoire. Pour cela, il faut renoncer aux suppressions de postes, remettre du sens pédagogique aux réformes, rétablir la mixité sociale au sein des EPLE. Face à l’ampleur de ces attaques et au cynisme du ministre, les membres du CDEN de Gironde personnels, élus, parents et citoyens veulent marquer leur profond désaccord. Nous, qui faisons de la réussite de tous les élèves la raison de notre engagement et de notre présence dans cette instance ne cautionnerons pas un simulacre de dialogue et de concertation. C’est pourquoi, pour la première fois en Gironde, nous quittons le CDEN et par ce geste fort et solennel nous souhaitons marquer notre indignation.