arton568-bc489.jpg

La liste girondine

1. Michel Dubertrand (PC) ; 2. Simone Gaboriau (société civile) ; 3. Gérard Boulanger (société civile) ; 4. Claude Mellier (PC) ; 5. Christophe Miqueu (PG) ; 6. Céline Simon (PC) ; 7. Pierre Augey (PC) ; 8. Marie-Claude Thiollet (Gauche unitaire) ; 9. Sébastien Laborde (PC) ; 10. Magali Julou-Poirier (PC) ; 11. Gilles Penel (syndicaliste) ; 12. Brigitte Duraffourg (PG) ; 13. Nicolas Mayer (PG) ; 14. Aicha Colas (PC) ; 15. Michel Cahen (société civile) ; 16. Christine Texier (PC) ; 17. Fabien Gay (JC) ; 18. Catherine Delahais (PG) ; 19. Dominique Chaupard (PC) ; 20. Irène Lavallée (PC) ; 21. Patrick Gimond (PC) ; 22. Geneviève Teyssier (PG) ; 23. Stéphane Lebot (PC) ; 24. Véronique Lavaud (PC) ; 25. André Legrand (écologiste) ; 26. Sophie Laulan (PC) ; 27. Jean-Michel Mespoulède (PG) ; 28. Josy Bouali (PC) ; 29. Philippe Lozano (PC) ; 30. Dominique Aubert (société civile) ; 31. Fred Duboscq (M'pep) ; 32. Jacques Vives (société civile) ; 33. Pascal Scazza (PG) ; 34. Huguette Fossat (PG) ; 35. Stéphane Leclair (PG) ; 36. Marie Estripaud-Bourjac (société civile) ; 37. Vincent Maurin (PC) ; 38. Marie-Claude Bergougnan (société civile).

appel citoyen

Nul ne peut ignorer aujourd’hui le contexte de crise profonde du capitalisme mondialisé, de crise sociale, environnementale et économique à l’échelle de la planète. Nul ne peut ignorer aujourd’hui la souffrance de millions de citoyennes et de citoyens, chômage massif, dégradation des conditions de vie, de logement, de travail pour tous.

Dans ce contexte, le grand patronat frappe fort. En France, la crise a été l’alibi qui a accéléré la fermeture de milliers d’unités de production, le refus d’augmentations de salaires, les plans de licenciements, ces choix sont accompagnés, encouragés par la droite qui a l’ambition aujourd’hui de détenir tous les pouvoirs.

Ce gouvernement applique une politique de classe visant à satisfaire les intérêts des grands groupes financiers, des grandes entreprises, au détriment de l’ensemble de la population.

Les élections régionales de Mars prochain se déroulent dans ce contexte qui a pour conséquence première sur le plan politique, une recomposition idéologique profonde dans notre pays.

L’échec de la gauche à l’élection présidentielle, l’échec de la sociale-démocratie partout en europe , l’affaiblissement des forces de transformation sociale, laissent les peuples européens aujourd’hui en panne de projet et de perspective politique de changement réel. Le champs est libre aujourd’hui pour toutes les aventures personnelles, les alliances de circonstances, les dérives de tous ordres. L’offre politique d’un front de gauche élargi a pour ambition de combler ce vide.

Les communistes veulent contribuer à faire naître une perspective politique de transformation sociale, de changement profond. Le choix que nous avons fait de construire un Front de Gauche élargi pour contribuer à créer des majorités réellement à gauche, rassemblées sur des choix clairs poursuit cette volonté politique. Nous voulons une région Aquitaine rempart à la politique de Sarkozy, rempart à la loi de la concurrence, la loi du marché, rempart au démantèlement des services publics. Nous voulons une région Aquitaine qui élabore jusque dans l’institution des politiques alternatives porteuses de changements réels pour la population.

Le contexte, le paysage politique a changé depuis les dernières élections régionales. On ne peut aujourd’hui se contenter d’une gauche majoritaire dans les régions qui conteste, qui proteste, puis qui aménage et pallie le désengagement de l’Etat dans tous les pans de l’activité humaine.

Nous pensons qu’il faut rompre avec cette logique qui porte en elle le renoncement à changer la société, ce qui est notre raison d’être, ensemble.

Nous voulons au cours de ces élections régionales être les porteurs de choix de ruptures avec les logiques à l’oeuvre répondant aux aspirations de la population. Nous voulons que le Front de Gauche soit porteur de cette volonté, nous voulons pour qu’il réussisse y apporter nos propositions, notre force militantes et des hommes et des femmes pouvant incarner ces choix tout en représentant ce que sont les aquitains. Candidats du monde du travail, de la jeunesse, syndicalistes, militants associatifs, élus de proximités, citoyens, nous sommes en campagne.

Nous lançons un appel à la population : syndicalistes, militants politiques, associatifs, salariés du publics et du privé, jeunes des quartiers et des villages à nous rejoindre et à ouvrir ensemble une nouvelle manière de faire de la politique, une possibilité de peser sur les choix qui concernent nos vies.

Le Front de gauche c’est l’outil pour Faire de la politique autrement, la condition pour réussir est que les citoyens s’en emparent.

Je rejoins le Front de gauche, j’appelle à Voter Gérard Boulanger et Michel Dubertrand aux élections régionales de Mars prochain