L'Humanité de samedi pose le débat contradictoire au sujet de l'utilité et du financement de Grands stades en France.
La position que j'ai prise au Conseil municipal de Bordeaux (voir ici) est en phase avec les préoccupations de Nicolas Bonnet responsable de ces questions au PCF, intervenant dans cet article.
Et on voit bien la différence d'approche avec Verts et UMP, dont la ligne de rupture avec le PCF est la notion d'intérêt général et de gestion publique.
Voici, par exemple, comment je résume les positions des groupes politiques du Conseil municipal de Bordeaux:
PS et Verts:" laissons le privé financer à 100% un outil au service d'actionnaires d'un club privé ".

-Droite: "aidons le privé à réaliser son projet grâce à l'apport d'argent public, sans demander de contrepartie à visée d'intérêt général"

-PCF: "pas question de se résigner au règne du business dans le foot. La maîtrise publique doit être garante de l'intérêt général: tarifs, politique éducative et sociale, déontologie, éthique... ne laissons pas le marché dicter l'avenir du sport.

Mais...Ce n'est qu'un début, continuons le débat...
D:\DCIM\100DICAM\DSCI0224.JPG