Je viens de quitter le Conseil départemental de l’Education nationale (CDEN) où je représente la CUB. Cette instance composée d’élus, de représentants des personnels, des parents d’élèves, des associations complémentaires de l’école, avait à son ordre du jour, la préparation de la carte scolaire de la rentrée de septembre. L’Inspecteur d’Académie a commenté les chiffres du département, ne cherchant d’ailleurs pas à prouver que les redéploiements de postes aboutiraient à améliorer la situation. Il doit prononcer 44 ouvertures de postes pour 19,5 fermetures. Il va fermer 71 postes de RASED (aide aux élèves en difficulté) et en déployer 36 « surnuméraires » dans les écoles situées en RRS –ex ZEP- , politique de la ville, écoles réputées difficiles (décision définitive le 3 mars). Il annonce la suppression de 19 postes de remplaçants et de 11 postes « hors classes ». Syndicats et parents d’élèves ont fait part de leurs inquiétudes face à ces dégradations inédites des conditions de scolarisation des élèves de Gironde, département déjà classé 98ème pour le nombre de postes rapporté au nombre d’élèves. Pour ma part je suis intervenu pour « dénoncer une logique de démantèlement des moyens pour l’école qui ne répond qu’à une exigence ministérielle et présidentielle : celle de réduire la dépense publique d’Etat. J’ai pointé en particulier les 57 postes en moins pour 300/500 élèves de plus en septembre, 71 postes RASED supprimés, les risques de nouvelle diminution du taux de scolarisation des 2 ans en maternelle(…) D’où la mobilisation importante des élus locaux, aux côtés des enseignants et parents, dans les conseils d’écoles ou dans la rue pour défendre une école publique qu’ils jugent très menacée dans sa vocation républicaine d’assurer la réussite de tous ! » Un débat a également eu lieu sur le Service minimum d’accueil, jugé inadapté et dangereux. En prenant appui sur les difficultés de la ville de Bordeaux qui a tout fait pour dissuader les familles à utiliser ce service, j’ai affirmé que loin de chercher à améliorer encore son efficacité, je militais pour la suppression pure et simple de cette loi !
ci-dessous la déclaration du SNUipp.

_colier_Sarko-Darcos.jpg