Leur score est évidemment l’expression d’une sanction contre la droite, sa politique et ses candidats. Le contenu des professions de foi des candidats bordelais aux cantonales était d’ailleurs clair : « utiliser le vote communiste contre la politique de Sarkozy et ses relais locaux ! ». Mon journal et ma profession de foi, sur Bordeaux 1, avaient même pour titre « STOP la droite ! » avec une volonté forte de « politiser » le débat local afin de ne pas rester à un argumentaire superficiel « je suis d’ici… elle est d’ailleurs ! »

De Balguerie (7.31 % et + 2.8 % sur 2001) à Achard (25.7 % et + 9 % sur 2001), les 1084 électrices et électeurs du PCF du canton ont d’abord voulu sanctionner la droite ! Notre appel (Fabienne Auguste et Vincent Maurin) pour le second tour du 16 mars est, on ne peut plus clair : « voter Philippe Dorthe et Sandrine Doucet pour que le canton reste à gauche ! »

Toute tentative de « racolage » en direction des électeurs communistes déshonore ses auteurs :

Quel mépris pour ceux qui souffrent de la mise en place des mesures ultralibérales du gouvernement sarkozyste : franchises médicales, blocage des salaires, précarité, atteintes aux retraites, hausse des loyers, casse du service public, expulsions des immigrés … ! Quel affront pour ceux qui, par leur vote communiste, refusent le démantèlement du socle social et républicain acquis de haute lutte dans les périodes où le PCF pesait 20-25 % au plan national ! Quel irrespect du suffrage universel qui a besoin de clarté autour de la ligne droite gauche que je sais que certains à droite comme à gauche rêvent de brouiller ! Et au fond, quelle regrettable bassesse à prendre les électeurs pour des citoyens amnésiques ou calculateurs sans vergogne. Mon appel franc à voter Dorthe n’est pas un ralliement à la politique du PS qui, sur quelques sujets (traité européen par exemple), est plus proche de la droite que du PCF. Mais au contraire, un gage de clarté pour garantir une politique sans ambiguïté à gauche dans notre pays et sur notre canton.

Je sais que Philippe, conseiller général, prendra en compte certaines idées-force que j’ai portées dans la campagne électorale : développer la vocation industrielle et portuaire des bassins à flot, plus de logement social dans les nouveaux projets, un 3ème collège dans le quartier du lac, un conseil cantonal de concertation des citoyens, plus de transparence dans les aides du Conseil général, un travail plus étroit avec les élus municipaux et CUB du PCF

J’ai confiance.

Le reste relève de la politique-spectacle… et d’élucubrations d’un ex-journaliste has been…


Vincent Maurin
Conseiller municipal communiste de Bordeaux