Je ne suis pas allé au Conseil de quartier Bordeaux-nord de ce jour. Je n’irai d’ailleurs plus si le Maire persiste dans sa volonté de n’en faire que des grand-messes à l’opposé des principes démocratiques de parole partagée, de proximité, de pluralisme. J’avais déjà boycotté celui de novembre, en échos à la protestation des associations de Bacalan, opposées à la disparition du Conseil de leur quartier. Je n’avais alors pas pris de position publique, espérant y déceler tout de même matière à échanges, confrontation et propositions, avec une participation renouvelée des habitants… Ce ne fut pas le cas ! La principale critique que je formulais lors des Conseils de l’ancienne mandature, à savoir que cette réunion n’était que la tribune du Maire pour vanter sa politique municipale, s’est confirmée… Avec deux différences tout de même : le choix de l’échelle du canton pour tenter de faire la nique aux conseillers généraux PS, et la mise sur orbite de 8 adjoints de quartier, dotés d’un petit budget « non participatif », d’une mairie de quartier flambant neuve, d’un staff travaillant pour eux, d’une communication adaptée à la promotion de ces femmes et hommes, vassaux d’un Maire suzerain leur confiant un fief à défendre ou conquérir ! Objectifs inavoués qui n’ont pas grand-chose à voir avec le besoin de réponses de proximité exprimé par les citoyens préoccupés par la vie quotidienne (emploi, logement, scolarité, santé…). Preuve en est la symbolique du lieu de réunion choisi par le Maire et son adjointe de Bx-nord : en novembre : la base sous-marine, en mai : le vélodrome du lac ! Il est vrai que la capacité d'accueil de ces lieux prestigieux permet de rameuter plus facilement tout ce la mairie compte comme collaborateurs de cabinet ou chefs de service, tout ce que le commissariat central de police compte comme brigadiers et brigadiers-chefs, publics professionnels qui constituent souvent plus de la moitié de l'assistance ! Pour éloigner davantage les citoyens des lieux d’information et de débat, on peut difficilement faire mieux ! De nombreux habitants des Aubiers et Bacalan qui fréquentaient les conseils jusqu’alors, m’ont confié qu’ils n’iraient plus. Est-ce, in fine, l’objectif du Maire ? Il va me répondre que ces Conseils n’ont pas vocation à régler les problèmes de proximité, que des ateliers de zones, de rues, sur des thématiques ciblées existent… Sauf que, et c’est pas un détail… il n’y a plus ouverture à tous mais « public désigné » et élus d’opposition non invités ! J’en conclue que le Maire et son équipe ne peuvent concevoir démocratie et proximité. C’est l’un ou l’autre ! J’en tire les enseignements. Et alors que j’étais un élu d’opposition plutôt assidu et constructif dans les « feus » conseils des Aubiers et Bacalan, je ne cautionnerai pas cette parodie de vie démocratique de quartier. Ce qui ne m’empêchera pas, en Conseil municipal, d’être vigilant et actif concernant tout problème et projets concernant le territoire de Bx Nord. Comme je l’ai fait récemment concernant le traitement inéquitable de l’utilisation du FIL (budget de l’adjoint), l’avenir des entreprises SAFT et LESIEUR, la part de logement social et la mixité scolaire avec un collège aux berges du lac, le réseau TBC et la voie de chemin de fer de ceinture… etc. Préoccupations, j’en conviens à des années lumière du simple débat existentiel autour du choix du nom du quartier ! (voir ma réaction ici) Bordeaux-nord leur fait peur ? Ils changent le nom ! Puisqu’ils se réunissent ce soir dans une enceinte sportive, ils espèrent que tout « roule » au vélodrome… mais permettez-moi de noter qu’ils jouent vraiment « petit bras » !
Dommage pour Bordeaux.