En présence de Jean René Mellier, fils de fusillé, Philippe Dorthe, conseiller général, et de militants et habitants du quartier, j'ai prononcé une allocution rappelant la portée du 8 mai dans l'Europe d'aujourd'hui. Notamment par les acquis du Conseil national de la résistance en 1945. Pour étayer ce point de vue, j'ai cité l'éditorial de JC Guillebaud dans SudOuest Dimanche:
"Les Français bénéficient encore, en matière sociale, de « bourrelets » protecteurs, d'airbags qui amortissent mieux qu'ailleurs les effets dévastateurs de la crise. Or, ces amortisseurs, ces « acquis sociaux », reste à se souvenir de quelle histoire ils sont l'héritage. Ils ne sont pas tombés du ciel. Ils n'ont pas été octroyés par la providence, le hasard, la seule « gentillesse » de divers gouvernements. Ils ont été, depuis un siècle et demi, le produit de luttes sociales, de rapports de force, d'engagements militants. De décennie en décennie, des protections juridiques ont été obtenues, des lois sociales élaborées, des articles du Code du travail ajoutés, etc. C'est tout cela qui a permis d'échafauder peu à peu ce système fondé sur la redistribution et la protection (...) Tout justifie donc qu'on rende rétrospectivement hommage à ces luttes du passé. Elles ne furent pas des « utopies », des « naïvetés » ou des « freins ». Bien au contraire, elles participèrent à la construction de ce qu'on a parfois appelé le "contrat européen d'après-guerre".

J'ai ensuite passé la parole à Moïse Reinhardt, tsigane de l'aire de gens du voyage de Bacalan, qui a raconté le génocide dont a été victime cette communauté (700 à 800 000 déportés), et a expliqué combien il était important de rester vigilants et mobilisés contre toute forme de racisme Qu'un des moyens était l'échange et le partage culturel, comme le festival Nomades, dans lequel il intervient depuis mardi à Bacalan (voir programme). Moment émouvant. France 3 l'a couvert: voir le reportage (curseur à 6 minutes) où intervient aussi Michel Dubertrand, secrétaire départemental du PCF.

D:\DCIM\100DICAM\DSCI0010.JPG

stèle de Bacalan dont j'ai obtenu du Maire l'installation provisoire pour le 8 mai, près de la Poste et pour laquelle, lors de l'implantation définitive, les communistes et l'association des fils de fusillés de Souge seront vigilants à ne pas en dénaturer la fonction de mémoire "antifasciste" !

D:\DCIM\100DICAM\DSCI0004.JPG
Guy Juillerat et Jeanine Broucas déposent la gerbe du PCF.

D:\DCIM\100DICAM\DSCI0009.JPG
Moïse Rheinhardt

D:\DCIM\100DICAM\DSCI0005.JPG

8_mai_06_003.jpg
caveau des fusillés de Souge