CANTONALES.-- Le sortant Philippe Dorthe, PS, part favori sur le premier canton (Bacalan-Les Chartrons). Mais sa challenger de droite ne manque pas de tonus

Un fief de la gauche:Julien Rousset

Environ 14 000 électeurs domiciliés entre le pont d'Aquitaine, le Lac et le cours de la Martinique, sont appelés à désigner, ces deux prochains dimanches, l'élu qui les représentera à l'assemblée départementale. Le conseiller général sortant, le socialiste Philippe Dorthe, part favori pour un deuxième mandat. Cette figure du PS local, proche de Marie-Noëlle Lieneman, a deux cartes à faire valoir. D'une, c'est un enfant du quartier, qui habite encore à Bacalan, où il a grandi, à la différence de sa concurrente Nathalie Delattre qui, n'oublie-t-il pas de préciser, est « viticultrice à Langoiran ». De deux, le terrain politique est dans cette partie de Bordeaux, où sont concentrés plusieurs anciens faubourgs ouvriers, traditionnellement acquis à la gauche. Même le sixième et dernier bureau de vote, ouvert il y a deux ans, sur le quartier, Sousa-Mendès (pour les allées Haussman), a penché, pour les dernières législatives, plutôt à gauche. Et même à Balguerie-Stuttenberg, le bureau de vote le plus disputé, situé sur l'aile « chartronnaise » du canton, Béatrice Desaigues (PS) a devancé Chantal Bourragué (UMP) aux dernières législatives.

« Terre d'avenir » pour Delattre. Malgré ces indicateurs favorables, Philippe Dorthe n'attend pas une élection au premier tour, vu qu'il devrait partager ses voix à gauche avec le très estimé Vincent Maurin (PCF). Le conseiller municipal, tout aussi implanté que le conseiller général socialiste (ils sont voisins), est abonné aux bons scores sur les bureaux de Bacalan et des Aubiers, quartier où il a habité pendant une douzaine d'années. « Je pense que les gens vont utiliser le vote communiste pour exprimer leur mécontentement face à Sarkozy. Quand je me suis présenté pour les législatives, mon comité de soutien avait rassemblé une centaine de signatures. Là, on en est déjà au double. »Face aux incontournables Dorthe et Maurin, l'UMP a envoyé la jeune Nathalie Delattre, une passionnée, habituée aux missions difficiles. Elle avait bousculé, aux dernières législatives, Conchita Lacuey, rive droite. « On me dit que c'est une terre de mission, je préfère parler de terre d'avenir ! », estime la candidate, qui quadrille le secteur depuis quelques semaines avec, à quatre reprises, le renfort sur le terrain d'Alain Juppé. « J'ai été accueillie à bras ouverts. Des adversaires me reprochent de ne pas venir du quartier mais je crois qu'il faut s'ouvrir et bouger dans la vie ! » Enfin, Valérie Colombier tente à nouveau sa chance sur le canton sous les couleurs du FN. « Il faut redynamiser ce secteur, un peu mourant ; en plus, avec le tramway, les commerçants ne sont pas trop à la fête », estime la candidate frontiste. Elle promet, en cas d'élection, de s'emparer des « problèmes avec les gens du voyage qui ne respectent pas leur aire d'accueil », d'?uvrer pour « une nouvelle dynamique, avec des commerces, autour des Bassins à flots » et pour l'implantation d'un commissariat de quartier. Poursuivons au rayon programmes. Vincent Maurin s'engage sur une table ronde sur l'emploi tous les semestres (avec la CCI, les entreprises du quartier, etc.), des États généraux du logement chaque année, des Journée portes ouvertes dans les clubs sportifs du canton, et une vigilance accrue pour les effectifs dans les écoles de cette ZEP.Nathalie Delattre, dans sa profession de foi, a choisi de parler de pouvoir d'achat, dénonçant la hausse des impôts locaux, d'emploi (promesse pour une Maison de l'emploi sur le canton), de logements (soutien aux futurs quartiers des Bassins à flots et des Berges du lac) et de solidarité (attribution de chèques mobilité individuels). Enfin, Philippe Dorthe promet un collège au Lac, la création d'un conseil cantonal associatif, davantage d'aides, au titre du dispositif Créagir, du Conseil général aux PME et à l'artisanat, ainsi que deux pontons : devant les hangars et au droit des Essences aux armées.

Les suppléants sont : Fabienne Auguste pour Vincent Maurin, Alain Boniton pour Valérie Colombier, Sandrine Doucet pour Philippe Dorthe, Patrick Mora pour Nathalie Delattre.