DSC00269.JPG

Je viens de participer aux 5èmes Etats généraux du logement, de l’habitat et de la ville, organisés à Ivry par l’association des élus communistes, le PCF et le PG.

Vous savez que cette question me préoccupe particulièrement car je suis interpelé chaque semaine, comme élu, par des personnes, seules, en couple, avec enfants, jeunes ou âgées dans l’attente d’un logement. Et que je ne cesse, à Bordeaux, comme à la CUB, d’alerter sur l’urgence à répondre à ces besoins vitaux, de dénoncer le refus des maires de droite d’appliquer la loi SRU (20% de logements sociaux), de regretter la frilosité des Maires socialistes et vert qui se contentent souvent de 20% de logements conventionnés dans leurs projets d’aménagement urbain avec une part négligeable de logement très social (PLUS et PLAI).

La crise du logement est telle que tous les participants à cette journée… élus, syndicalistes, militants associatifs… ont reconnu qu’il fallait oser franchir un cap dans la mobilisation pour le droit au logement pour tous, partout, toute la vie.
Les éléments nationaux d’appréciation de la situation sont terribles :

- La fondation Abbé Pierre parle de 600 000 enfants très mal logés.

- 100 000 familles menacées d’expulsion locative

- 8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté

- 100 000 sans abris

- 11% de la population a fréquenté les restos du cœur

- Les ménages consacrent 30% de leur budget au loyer et charges

Que fait l’Etat ?
Il se désengage et favorise le « logement marchand ».

- Il a dépensé 480 millions d’euros pour le logement social en 2009 contre 850 en 2008 !

- Pour 1 euro d’aide à la construction du logement social, il débourse 3 euros en faveur du logement privé.

- Les aides fiscales au logement privé ont représenté 10,7 milliards d’euros

- La loi Boutin prévoit l’instauration des surloyers, … spécialise le logement social en ne le destinant qu’aux plus pauvres.

- Les CUS (conventions d’utilité sociale) imposent la déréglementation et la vente de 10% du parc HLM.

- Il organise la fin du 1% patronal pour le logement des salariés d’ici 2012.

Borloo et Sarkozy ont menti !

Ils avaient promis en 2004 la création de 500 000 logements sociaux en 5 ans. En juin 2009, c’est + 11 000 seulement ! (4,237 millions de logts sociaux en France en 2004 contre 4,248 millions en 2009).

L’aide de l’Etat à la pierre (construction) était de 8000 euros par logement en 2004… elle est tombée à 1000 euros aujourd’hui !

En fait, on voit bien la cohérence du projet libéral de société qui promeut la concurrence au détriment de la solidarité, le « marchand » en opposition au « service », le « privé » à la place du « public »… en conformité avec le traité européen de Lisbonne et la directive sur les Services sociaux d’intérêt général (SSIG). Après l’énergie, les transports, les télécommunications, demain la santé et l’Education, le logement est l’objet d’une marchandisation inacceptable !

Je reviendrai demain sur les propositions des Etats généraux et la semaine prochaine sur les enjeux du logement sur Bordeaux et CUB.