écluses de Bacalan

Les Bassins à flot font l’objet d’un intérêt nouveau depuis 6 ans. Victimes de la désindustrialisation des années 70 – 80 puis laissés en friche, ils furent les grands oubliés des politiques portuaires sous Mitterrand , Chirac et Chaban. La commande de Juppé pour l’architecte Grumbach en 2002 a pour objectif la continuité du projet Perrault puis Corajoud des quais de Bordeaux vers le quartier du lac : des loisirs, des bureaux, des logements et un minimum d’activités artisanales pour une plaisance d’hivernage sans ambition. Plus besoin de grande écluse, ni de formes de radoub… les ateliers du PAB continuent à perdre du travail et des emplois… Lesieur est sur la sellette et perd ses livraisons par le rail… les promoteurs sont aux abois… 100 hectares attendent…

Pierre Tachou et l’association Vie et Travail à Bacalan furent les premiers et malheureusement les seuls dans les années 80-90 à s’opposer aux orientations acceptées par toutes les forces politiques (à part les communistes) qui condamnaient les dernières industries de Bordeaux-nord et l'activité portuaire.
En annexe, vous trouverez quelques documents qui en attestent.
Je conseille notamment la lecture de l’article de l’Huma du 6 décembre 1985 qui relève cette analyse du projet Chaban dans Sud Ouest : « Imaginez le Port de Sète à Bacalan… une foule de petites embarcations se balancent doucement dans les bassins à flot bordés de quais piétonniers animés et de restaurants où l’on vient le soir déguster poissons et fruits de mer. »
logo_bacalan_f_te.jpg

Dans le cadre de la fête aux bassins le 28 septembre dernier, j’animai un débat de Vie et Travail sur le thème du développement économique des Bassins.
Jeannine Broucas, la Présidente, auteur d’une expo fort appréciée des visiteurs, y déclarait : « Pour nous, pas question de limiter le site à une «marina pour bobos », pourquoi ne pas impulser de nouveaux projets de réparations navales ou de montage de bateaux à propulsion électrique ? » Philippe Dorthe, conseiller général, rappela « le génie du lieu » qui impose de conserver le patrimoine. Michèle Larue-Charlue, membre du cabinet de Juppé, apporta deux nouvelles : l’abandon du projet Grumbach et la sélection avant la fin de l’année d’un autre architecte puis la mise en place d’une concertation pour l’élaboration d’un nouveau projet… enfin ! Pour ma part, j’ai insisté sur l’idée que pour préserver le patrimoine, il faut lui rendre vie. J’ai pris l’exemple des formes de radoub dont le récent classement n’exclut pas leur remise en eau pour de la maintenance de navires, d’autant que des acteurs existent autour des bassins (PAB, Hisse et haut, Air Océan formation…). Me félicitant de l’enterrement du projet Grumbach que je n’avais pas voté à la CUB en 2003, je développais l’idée qu’il était temps que Bordeaux retrouve son fleuve, développement durable oblige… et que toutes les grandes villes fluviales comme Paris , Rouen ou Strasbourg multipliaient les investissements portuaires.

Bref, du pain sur la planche pour ceux qui veulent une vie de Bassins plus longue que le temps d’une fête… et ils sont plus nombreux aujourd’hui qu’hier… tant mieux !
débat port de Bxdébat en 2007 en présence du Directeur du PAB et de syndicalistes portuaires

Ah oui, j’allais oublier : « mention très bien » pour la lamproie à la bordelaise et le café gourmand de la guinguette d’un week end de Stéphane et Carole (responsables du théâtre du Pont tournant) !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ci-dessous les tribunes libres des élus communistes de 2006 et 2008 sur le Port et des annexes à valeur « historique »… mais tellement prémonitoires !