"Les parents du collège Saint Projet Don Bosco sont mis en demeure de chercher un autre établissement pour leurs enfants"
voir reportage et article.

C'est la conclusion de l'enquête du Rectorat suite au reportage sur les milieux intégristes bordelais "les infiltrés" par France 2.
L'indignation et la mobilisation des démocrates ont payé. La République est capable de faire respecter ses valeurs. Les intégristes religieux n'ont qu'à bien se tenir... ils viennent de subir un camouflet... l'impunité est terminée... tant mieux pour ces gamins hier endoctrinés et aujourd'hui, peut-être, libérés !
Cette décision de l'Education nationale est une première étape vers d'autres sanctions en direction des responsables fascisants dénoncés par le reportage.
Il faut que la justice intervienne et place hors d'état de nuire ce groupe paramilitaire baptisé Dies Irae.
Il faut que la Ville de Bordeaux reconnaisse son erreur d'avoir laissé s'installer une secte intégriste dans l'église Saint Eloi en 2002.
Il faut que l'Etat cesse de promouvoir l'enseignement privé et renforce le service public d'Education au lieu de le démanteler !