...Avec mon amie Claude Mellier (élue de Mérignac), nous avons parlé de Bordeaux, du silence qui a régné autour de l'enrichissement de la bourgeoisie bordelaise par le commerce triangulaire, du combat associatif pour le devoir de mémoire, de l'ouverture d'une salle du musée d'Aquitaine à cette question il y a un an seulement, de l'échos du film de Camille Mauduech l'an dernier sur les 16 de Basse-Pointe (voir les 3 billets sur mon blog en février-avril 2009 )

ETNA3G
Devant l'hôtel de ville. Entre Claude Mellier et moi, Lolita Garnier, conseillère municipale communiste de La Rochelle, déléguée aux centres sociaux, 22 ans, benjamine du Conseil municipal.

Ci-dessous un texte du CIDEFE, reprenant une présentation de Daniel Voguet à l'occasion du 160ème anniversaire de la seconde abolition de l'esclavage et cet article de l'Humanité du jour:

Il convient de rappeler en effet que la traite négrière transatlantique a modifié en profondeur l'histoire de l'Afrique, de l'Europe et du continent américain. La plupart des pays européens furent partie prenante : le Portugal qui a déporté plus de 4 millions et demi d'esclaves, la Grande-Bretagne qui vient en 2e position avec 2, 6 millions, l'Espagne ensuite.

La France occupe le 4ème rang avec environ 1, 2 millions dont 80% furent destinés à Saint Domingue mais aussi à la Martinique et la Guadeloupe. On ne connaît pas le chiffre avec exactitude, mais il est admis que la traite européenne a prélevé en Afrique entre 12 et 13 millions d'êtres humains dont environ un tiers de femmes.

Ces chiffres dans leur dureté ne peuvent pas masquer l'horreur, le désespoir, l'humiliation de ces hommes et de ces femmes arrachés à leur terre, marqués au fer rouge, vendus comme du bétail, exploités à l'extrême, martyrisés, réprimés, assassinés au nom du sacro-saint profit. Il n'est que justice de leur rendre hommage aujourd'hui.

Il convient également de rappeler que, malgré tout, ces hommes et ces femmes n'ont jamais accepté leur état et se sont toujours révoltés sous des formes les plus diverses allant comme à Saint-Domingue par conquérir leur indépendance et leur liberté par les armes.

Cette lutte des esclaves fait partie intégrante de l'histoire de la libération humaine et en constitue un des exemples les plus héroïques. La traite a également eu une conséquence idéologique qui perdure aujourd'hui : le racisme anti-noir. L'infériorité de l'homme noir va être consacrée par le « Code Noir « , recueil de règles édictées par l'Etat et l'Eglise, qui consacrent le fait que les femmes et les hommes noirs n'appartiennent pas au genre humain mais doivent être considérés comme des « biens meubles ».

Il faudra attendre 2001 pour que la traite et l'esclavage soient reconnus comme des crimes contre l'humanité. C'est dans la référence à l'histoire que se forgent les consciences : l'Education nationale a donc un rôle particulier à jouer et il est regrettable qu'aussi peu de place soit accordé à l'esclavage et à la traite dans les manuels scolaires et qu'aucune chaire universitaire ne lui soit consacrée.

C'est pourquoi les collectivités locales ont une responsabilité éducative particulière. Enfin, force est de constater que les stigmates de l'extrême pauvreté : disette, mortalité infantile et maternelle, analphabétisme existent particulièrement en Afrique.

Pourtant les objectifs de développement déjà largement insuffisants, solennellement adoptés à l'ONU, ne seront pas atteints comme prévu en 2015. C'est ainsi qu'un communiqué de l'ONG Oxfam France-agir déclare le 3 avril dernier : « la France trahit sa promesse d'augmenter le montant de l'aide publique au développement (APD) en faveur des pays pauvres d'Afrique...

Les chiffres publiés par l'OCDE révèlent que, pour la première fois, depuis 2008, le montant de l'aide publique chute ». Il y a là, incontestablement, une relation de cause à effet avec l'immigration puisque tous les spécialistes confirment que cette immigration est essentiellement due à la misère.
Photos-0002.jpg
devant la fédération du PCF, rue de l'escale, entièrement chaussée de pavés provenant d'Amériques, permettant ainsi de lester les navires dont la marchandise avait un tonnage inférieur au poids des esclaves...

Photos-0003.jpg