extraits:
"''Dans le cadre d’un partenariat entre l’Education Nationale et l’orchestre d’harmonie de la Musique des Forces Aériennes de Bordeaux, le commandant et chef de musique Patrice Auneau propose aux élèves des écoles et collèges de Gironde de découvrir la formation qu’il dirige à travers divers dispositifs : concerts pédagogiques, interventions de musiciens dans les établissements, concert de chant choral réunissant des chorales scolaires et l'harmonie sur un répertoire de chansons ayant pour thème « l'histoire de France ».Le concert pédagogique aura lieu le mardi 15 mars 2011 à la base aérienne.(...)
Il pourra être précédé par des interventions dans les classes de musiciens de l'harmonie (quintettes à vent, quintettes de cuivres, ensemble de saxophones).
Ces actions sont gratuites, seul le déplacement des élèves à la base aérienne demeure à la charge des établissements. Les enseignants intéressés par ce projet peuvent contacter dès à présent les conseillers pédagogiques en éducation musicale de la Gironde, qui leur donneront tous les renseignements nécessaires.''"

Cet appel d'offre me fait réagir :
S'il n'est pas absurde d'imaginer que les orchestres militaires puissent se produire en support ou complément d'objets d'apprentissages, notamment historiques, j'en comprendrais l'utilité à l'occasion des commémorations du 8 mai (capitulation nazie), du 26 avril (libération des camps de la mort), 28 août (libération de Bx), 21 octobre (cérémonies de Souge) ou 14 juillet... Moments forts du devoir de mémoire pour lesquels je ne sens pourtant pas une mobilisation innovante des institutions.
Mais là, il s'agit d'une offre musicale, pour un concert "pédagogique" !
Dans une période où la réduction des dépenses dans l'Education nationale frappe aussi les crédits en faveur de projets culturels riches de divers partenariats. Projets qui, du fait du désengagement de l'Etat, disparaissent ou nécessitent une participation financière accrue des familles et le recours fréquent au mécénat !
Alors pourquoi l'armée ? Comment ne pas craindre une instrumentalisation de l'école (excusez le jeu de mot) ?
N'existe-t-il pas des harmonies municipales, des orchestres de conservatoires, l'ONBA... qui travaillent ou pourraient travailler avec les écoles ?
Et s'il ne s'agissait que d'une expérience locale Armée-Inspection académique, conjoncturelle à l'accession du Maire de Bx au poste de Ministre de la défense, je la qualifierais de mesquine, petite et malheureuse...?
C'est dit !