Bienvenue sur le blog de
Vincent MAURIN

conseil municipal: ne rien lacher !

Voici mes principales interventions lors du conseil municipal de Bordeaux lundi...

Lire la suite...

 

Parrainage de Ruben... sur un air de duduk...

Je suis le parrain de Ruben.

Hier, en présence de son enseignante et d'amis de la famille, devant la Mairie du Gd Parc, je lui ai remis son livret de parrainage...

Brigitte Giraud, Dominique Boudou, à l'initiative de cet acte de solidarité ont lu textes et poèmes... Zhirayr, le papa, a joué du duduk...

 

Lire la suite...

 

L’école publique en danger

Les suppressions de postes et fermetures de classe mettent à mal la qualité du système éducatif, avec en conséquence directe l'augmentation du nombre d'élève par classe. L’ensemble des orientations gouvernementales, à commencer par le dogme de suppression d’un poste de fonctionnaire sur deux qui justifierait tous les sacrifices, conduisent à une dégradation générale des conditions d’études pour les jeunes.

En supprimant l'accès à la maternelle dès 2 ans dans la plupart des écoles, le ministre de l'éducation nationale minimise l’importance de la scolarisation des jeunes enfants. La qualité de l'accueil est ainsi diminuée pour réaliser des économies sur le dos des familles et des collectivités auxquelles il incombera de financer des places d'accueil pour la petite enfance. ? Réduire les inégalités scolaires passe au contraire par un allongement de la scolarisation obligatoire des enfants jusqu'à 18 ans, en la rendant accessible dès 2 ans!

Les moyens consacrés aux zones d'éducation prioritaire, les assistants d’Education, les Emplois de Vie scolaire, ou encore les postes RASED, pour combattre les difficultés scolaires, sont supprimés par ceux-là même qui tiennent un discours hypocrite sur « l’égalité des chances ».

Dans la logique d’une marchandisation des savoirs et d’une formation qui répondrait aux seuls besoins immédiats des entreprises, l'individualisation des parcours et la concurrence entre établissements sont devenues la règle, témoignant de l'instauration d'une école à plusieurs vitesses, avec laquelle on renonce à mettre l'excellence à portée de tous. ? Nous refusons de laisser s’accroître cette concurrence et les inégalités entre les établissements.

A Bordeaux, l’école privée scolarise les 2 ans et a des moyennes d’effectifs souvent inférieures aux écoles publiques...et on ferme les yeux !
A Bordeaux, le Maire gèle les moyens de fonctionnement des 95 écoles publiques (Fournitures scolaires, transports, classes de neige…). Mais promeut l’école privée, dont les crédits municipaux augmentent chaque année !
A Bordeaux, le Maire ose augmenter de 33% les tarifs des repas des enfants des classes moyennes afin de diminuer de façon symbolique les tarifs des enfants de chômeurs… mais ceux-là n’ont pas le droit de manger chaque jour à la cantine, faute de place !
A Bordeaux, les dispositifs périscolaires sont délégués. Les tarifs, projets, prestations sont inégaux d’un quartier à l’autre.
A Bordeaux, les enseignants, parents et personnels municipaux attachés au service public sont mécontents !

 

Monument de la Paix de Bordeaux-lac

Samedi 6 août à 17h30, se tiendra, comme chaque année, une cérémonie commémorative des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki, au pied de la sculpture japonaise; au bord du lac de Bordeaux. Les organisateurs, militants pacifistes, attendent depuis deux ans une réponse à leur demande de valorisation du site. Ce fut l'objet de ma question écrite du Conseil municipal du 18 juillet...

Lire la suite...

 

Je suis parrain de Saïda...

IMG_038.jpg

à Monsieur le Préfet de la Gironde,

Monsieur le Préfet,

J'ai l'honneur d'appeler votre attention sur le cas de la famille Youssoupov, originaire du Daghestan en Russie, en demande de régularisation de leur situation au titre du séjour en France.

Mourad et Zaïra Youssoupov sont arrivés à Bordeaux à l’été 2010, avec leurs trois enfants Saïda (8 ans), Abakar (6 ans) et Kamilla (4 ans).   Ils ont quitté le Daghestan (la Russie) pour fuir les persécutions dont ils étaient victimes depuis plus de 15 ans, de la part tantôt de la police corrompue (emprisonnements à répétition sans motif valable, racket), tantôt d’organisations de la mouvance terroriste (menaces, intimidations, tentatives de les impliquer dans des actions criminelles).   Les enfants sont scolarisés à l’élémentaire du Vieux Bordeaux et à la maternelle du Pas St-Georges à Bordeaux, et ont tissé depuis l’automne des relations d’amitié avec les autres enfants du quartier. Malgré la précarité de sa situation matérielle, la famille a trouvé ici un équilibre et multiplie les initiatives pour se reconstruire et s’intégrer : cours de français pour les parents, sport et autres activités pour les enfants…   La demande d’asile des Youssoupov a été refusée en première instance fin 2010, et ils ont reçu une obligation de quitter le territoire français. Ils ont déposé un double recours contre ces décisions, auprès de la Cour Nationale du Droit d’Asile ainsi que devant le Tribunal Administratif de Bordeaux.   L'émotion de ceux qui connaissent bien cette famille est grande. Et l'idée d'une possible expulsion les révolte. Un comité de soutien à cette famille a été créé par des parents d'élèves, enseignants et responsables associatifs du quartier Saint Pierre. Ce comité a organisé une cérémonie publique de parrainage républicain, place Camille Jullian, le 13 mai dernier. Aux côtés de Marie Bové et Naïma Charaï, conseillères régionales, j'ai accepté d'être parrain de Saïda.

Je considère que notre République s'honorerait à prendre en compte à la fois la détresse de cette famille et l'élan de solidarité manifesté par la communauté scolaire et associative de leur quartier. C'est pourquoi, je vous demande, monsieur le Préfet, de bien vouloir surseoir à la décision d'expulsion du territoire de la famille Youssoupov et de réexaminer le dossier en vue d'une régularisation de leur situation.

Je vous prie d'agréer, monsieur le Préfet, mes salutations distinguées.

Vincent Maurin

Photos-0013.jpg

Photos-0019.jpg

 

Dépôt de gerbe de la ville... sans majorité !

Comme l'an passé, j'étais le seul élu de la ville à la cérémonie du souvenir de la déportation et de la libération des camps, devant le caveau des fusillés de la Chartreuse... Où était le représentant de la majorité municipale ?
Tout fout l'camp !
C'est donc moi qui ai déposé la gerbe du conseil municipal... !

Photos-0012.jpg

 

Palestine à Bacalan...

''Je serai présent à cette initiative de solidarité envers le peuple palestinien le 30 avril à Bacalan...
avec la participation de Thomas Sommer-Houdeville qui est l’auteur de La Flotille (vers Gaza). ...

Lire la suite...

 

Bassins à flot… au bonheur des promoteurs !?

Voici le texte de la tribune libre du journal municipal Bx magazine de mai 2011...

Lire la suite...

 

Voici mon intervention au Conseil de CUB de février (figurant au procès verbal).

Lire la suite...

 

0 poste pour 600 élèves de plus..!

C'est ainsi que l'on peut résumer ce qui attend la Gironde à la prochaine rentrée scolaire...

Lire la suite...

 

Carte scolaire... Bacalan colère !

 

Coups bas pour Bx Nord !


COMUNIQUE DE PRESSE
À rédaction,

Comme expliqué dans ma déclaration du 11 mai 2009 (voir lien), je ne participe plus au conseil de quartier de BxNord, rebaptisé à la hussarde BxMaritime. La raison principale en est la disparition de la notion de proximité citoyens-décideurs. La preuve ce soir où deux sujets concernant le quartier du Lac et de Bacalan vont être présentés à Cap Sciences !

Comme ces deux projets n'ont fait l'objet d'aucune concertation ou échange entre l'adjointe de quartier et l'élu d'opposition que je suis, habitant et travaillant dans le quartier, je livre ici mon point de vue:

- collége privé sur Ginko: c'est une véritable provocation au moment où la communauté éducative se mobilise depuis des mois pour la défense du service public d'éducation, frappé par 16000 suppressions de postes. Provocation quand la Ville dit que c'est le Conseil génèral qui a préféré le site de Bruges pour le collége public en omettant de préciser que tous les élus de la Cub, hormis les communistes, ont validé le projet Bruges. Provocation qui me laisse malheurerusement craindre une entente CG-Ville de Bx-Rectorat ne répondant pas aux besoins de mixité scolaire sur ce secteur nord de la ville, comme je l'ai réclamé lors du CDEN du 28 janvier dernier.

- chalets Emaus pour les Roms: je m'oppose au choix unique de Bacalan, pour l'implantation des 10 chalets bordelais. La solidarité doit pouvoir s'exprimer sur d'autres quartiers de Bx, notamment Caudéran qui dispose du foncier nécessaire. Bacalan, avec les 700 résidents de la communauté andalouse, les 32 caravanes de gens du voyage de la jallère, un taux de chômage double de la moyenne communale, des établissements scolaires en voix de ghettoisation du fait de l'évitement scolaire, ne présente pas toutes les garanties de réussite d'intégration de ces populations fragilisées par le refus des régularisations préfectorales et la précarité.


Bordeaux le 21 mars 2011

 

La Commune de Paris a 140 ans...

A quelques minutes de l'interruption de mon blog pour cause de campagne électorale, je vous livre deux textes: celui du PCF par rapport à la terrible actualité du drame japonais: ici.

Et en exclusivité mon témoignage d'élu municipal à paraître dans un recueil de l'association nationale des élus communistes et républicains à l'occasion du 140ème anniversaire de la Commune de Paris:

voir aussi le clip de Noir Désir .

CommunebarricadeCharonne.jpg

L’inégalité est sociale

Bordeaux, est une ville à deux visages : classée dans le peloton de tête des villes concernant les couches les plus riches, elle concentre aussi le dénuement quand un ménage sur deux n'a plus les moyens de payer l’impôt sur le revenu et que près de 12% des assurés sociaux ont un revenu inférieur à 600 euros par mois.
L’action municipale devrait tendre prioritairement à lutter contre ces inégalités. Par des actes forts, et non des « coups » médiatiques comme lors de la mort d’un SDF l’an passé.

Or, notre ville n’offre que 15% de logements sociaux à ses demandeurs, et un vaste projet de rénovation urbaine laisse de côté la réponse à cette urgence sociale, alors que la construction ou réhabilitation de 10.000 logements est envisagée. Les élus communistes sont les seuls à revendiquer une mixité à 50%, à demander le gel des hausses de loyers et à refuser la vente du parc HLM de la ville !

Alors que le Maire se vante de contenir le recours à l’impôt, il augmente systématiquement les tarifs des services rendus à la population : crèches, centres de loisirs, piscines, bibliothèques ! En janvier, 33% d’augmentation du tarif cantine pour les tranches supérieures ! Inacceptable !

Au niveau intercommunal, les élus communistes posent depuis plusieurs années la question de la gratuité des transports publics de la CUB, comme élément structurant du développement durable, dans ses dimensions environnementales et sociales. Pour l’eau, même combat en faveur d’une baisse des tarifs en réaffirmant le besoin d’une gestion en régie.

Régie, municipalisation, maîtrise publique… des enjeux qui rencontrent, me semble-t-il, un écho nouveau chez nos concitoyens…

L’esprit de la Commune de Paris n’est-il pas décelable dans toute « militance » municipale visant à combattre les inégalités et à promouvoir le service public ?
C’est le sens de mon engagement pour une ville de Bordeaux plus « belle et rebelle ».

 

Périscolaire: faut-il "remunicipaliser" ?

Des échos de plus en plus nombreux me conduisent à poser la question...
L'exemple de l'union St Jean m'interpelle:

Communiqué:

Je viens d'être informé par des parents de la crise qui traverse l'association "Union St Jean". Crise financière, 70000 euros de déficit, mais surtout crise de confiance. En effet, il y règne un climat peu propice à la mise en oeuvre sereine de projets partagés. De nombreuses critiques s'expriment depuis des mois, de la part de parents d'élèves fréquentant les structures périscolaires. C'est d’ailleurs l'absence de considération vis à vis de propositions visant à améliorer le fonctionnement de l'association qui a conduit ces parents à demander à la direction le droit de vote des parents aux assemblées générales. Or, l'assemblée générale extraordinaire, tenue la semaine dernière, a refusé, à une courte majorité (50 contre 63 voix) cet appel à transparence et collégialité.

Je suis très étonné de cette frilosité face aux parents. D'autant qu'en règle générale, le monde associatif souffre plutôt du manque de bonnes volontés. Cet incident renforce ma demande en conseil municipal, depuis 3 ans, de mise à plat de l'ensemble des dispositifs périscolaires de tous les quartiers de la ville. Contenus, mode de gestion, vie démocratique, tarifs, horaires... Il y a inéquité de traitement de la prise en charge des enfants de la ville selon les structures et les associations !

Il est temps que la ville de Bx reprenne ses responsabilités... Le débat citoyen autour de l'opportunité de « remunicipaliser » ce vaste secteur délégué aux associations doit être mis à l'ordre du jour. C'est ce que je porterai à nouveau auprès du Maire.

Enfin, il est reproché le manque de discernement du Conseil général dans l’accompagnement de cette association. C’est surprenant de la part d’une collectivité pourtant très exigeante dans son aide aux structures bordelaises. Cela renforce ma proposition de créer sur le canton un vrai Conseil cantonal citoyen, impliquant plus d’échanges, de transparence et de démocratie pour l’action et les choix du Conseiller général.

Vincent Maurin Conseiller municipal de bordeaux

 

Profession de foi... pour Bordeaux 6

flybx62.jpg
Madame Monsieur

Le 20 mars sera l’occasion pour chacune et chacun de prendre position dans les débats politiques en cours. Les enjeux locaux, dans ce canton de Bordeaux sud en mutation, mobilisent la campagne électorale, à juste titre. Mais comment ne pas utiliser cette consultation électorale pour adresser un message clair à ceux qui gouvernent, légifèrent, décident dans des institutions qui impactent la vie de nos quartiers et cantons ?

Les formations politiques des principaux candidats aux élections cantonales, UMP, PS ou Europe écologie ont toutes des responsabilités dans les choix européens issus des traités de Maastricht à Lisbonne. Domination du marché, concurrence, privatisations, gel des salaires, casse des services publics… autant de dogmes capitalistes dont les applications concrètes brisent des vies, inquiètent jeunes comme séniors mais mobilisent aussi des millions de salariés dans toute l’Europe !

Au plan national, l’élection des 20-27 mars sera la seule consultation avant les présidentielles. Comment ne pas s’en saisir pour sanctionner le pouvoir de Sarkozy, sourd aux revendications de millions de manifestants pour les retraites à l’automne dernier ? Pour s’opposer aux suppressions de postes dans l’Education nationale et d’autres secteurs d’Etat, aux suppressions de lits dans les hôpitaux, aux réductions d’amplitude d’ouverture des bureaux de poste ? Pour dire au MEDEF, à la droite, aux chefs de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international : oui il faut augmenter le pouvoir d’achat du plus grand nombre, oui il faut un haut niveau de dépense publique pour garantir la justice sociale et donc l’égalité des citoyens ?...L’argent… ? Il existe ! On a su le mobiliser pour sauver les banques dans la crise ! On sait exonérer les riches avec un bouclier fiscal et une réduction de l’Impôt sur la fortune !

Pour dire aussi : on veut que la gauche gagne demain… avec un projet de gauche… pour une vraie alternative… durable !

Au plan départemental, le 20 mars, vous direz votre désaccord avec une réforme des collectivités locales qui s’attaque aux deux échelons de proximité que vous connaissez : le département et la commune. Vous refuserez le désengagement de l’Etat qui les oblige ou à réduire les services ou à augmenter les impôts locaux et les tarifs.

Au plan local, vous pourrez marquer votre volonté d’une ville plus juste et solidaire, avec priorité aux services publics (écoles, crèches, culture, sport), au logement pour tous, au développement économique diversifié, aux déplacements doux facilités… Savez-vous que les élus communistes de la ville et de la CUB n’approuvent pas les orientations actuelles de futur « quartier d’affaires » de l’opération Euratlantique ? Le 20 mars, vous direz votre impatience à voir réalisés des projets d’intérêt général : piscine, école, collège, crèche, jardin public, gymnase… dans votre quartier trop longtemps délaissé, et bientôt trop rapidement remodelé.

Vous manifesterez votre désir de voir du neuf à Bordeaux Sud, par un renouvellement de sa représentation politique… avec des candidats salariés, au cœur des luttes sociales, définitivement à vos côtés, pour ne rien lâcher !
pfbx6.jpg

 

dernière ligne droite...


Euratlantique : pour qui pour quoi ?
euratlantique.jpeg


"enfance, petite enfance... quels choix ?"

MARDI 15 mars à 18h30
espace Malbec, 250 rue Malbec


"culture et solidarités"

MERCREDI 16 MARS à 18h

bar l'atmospher
place Renaudel
avec Natalie Victor-Retali, photographe, conseillère municipale de Bx


capus_banderole.jpg

 

Comité de soutien Bx 6...

Voici quelques grandes lignes de ce que nous défendons depuis deux mois dans cette campagne électorale du canton de Bordeaux sud (voir annexe)... Merci à celles et ceux qui ont décidé de rejoindre le comité de soutien !

tract3_bdx6.jpg

tract3_bdx62.jpg

 

19 mars: manif pour l'école !

A l'appel de tous les syndicats et de nombreuses associations, je serai présent à la manifestation pour l'école samedi 19 mars à 14h cours d'Albret...

tract2_bdx6.jpg

tract2_bdx62.jpg


 

Du neuf pour Bordeaux-Sud !

Emploi : Non au quartier d’affaires !
Avec 18% de chômeurs (contre 11% en Gironde), Bx Sud a besoin d’un nouveau souffle. Le projet « Euratlantique », quartier d’affaires, s’inscrit dans une logique de concurrence entre villes européennes, contraire aux objectifs de développement durable. Emplois de bureaux (délocalisés pour beaucoup) et de services (précaires sans doute) sont une mauvaise réponse à une vraie question. Vincent Maurin intervient régulièrement à la CUB pour insister sur le besoin de projets diversifiés en lien avec les filières de maintenance SNCF, agro-alimentaires à partir du MIN et batellerie. A l’opposé du consensus entre UMP, PS et Verts, les élus communistes de Bx, Bègles, Floirac et CUB se mobilisent pour d’autres orientations économiques.

Des logements pour tous !
A Bordeaux sud, comme sur le reste de la ville, ce sont les programmes de logements défiscalisés qui ont envahi le paysage ces dernières années. Avec de vrais ratés, comme à Carle Vernet. Or, Euratlantique reste dans cette logique de la part belle au privé (65% d’accession). Et la spéculation immobilière continue… au point que les échoppes sont hors de prix ! Les 15-29 ans représentent 37% de la population du canton (contre 19% en Gironde). Si on veut qu’ils puissent demain habiter leurs quartiers, il faut porter à 50% la part du logement social dans les nouveaux programmes. Nous proposons d’initier de nouveaux programmes locatifs accessibles aux jeunes travailleurs pauvres (tps partiels, services civiques, contrats d’avenir…, aux séniors et le gel des loyers dans les HLM.

Un nouveau collège public pour le canton !
La période de reconstruction du collège Aliénor d'Aquitaine est difficile à vivre. Département et Inspection académique se doivent désormais de réfléchir à améliorer la mixité scolaire dans ce secteur sud. Les classes « musique, artistique ou internationales » ne peuvent être les seules réponses... Sauf à encourager encore l'évitement scolaire vers le privé, l'urbanisation du quartier Belcier impose de vite y dessiner un deuxième collège public. Lors du CDEN du 25 janvier, Vincent Maurin a interpellé le Conseil général et l'Inspection académique, sur le besoin de plus d'anticipation, de concertation et de transparence entre Mairie-Conseil Général-Personnels-Parents, pour la carte scolaire des collèges de Bx !

Non à la privatisation de la crèche Ginestous !
Juppé veut déléguer à une entreprise privée la gestion de la crèche Ginestous. Parallèlement au désengagement de l’Etat pour la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, c’est le début de la privatisation des crèches bordelaises. Alors que l’offre de places ne suit pas la demande des nouveaux couples du canton en liste d’attente. Nous proposons de doubler les programmes de construction de structures petite enfance et de renforcer les effectifs PMI et MDSI du secteur.

Equipements publics à prévoir !
Le canton est connu pour ses structures culturelles très appréciées et un pôle de fête nocturne controversé. Il lui faut rattraper son retard dans les domaines sportif et citoyen.
Gymnase et piscine sont à décider en lien avec les opportunités SNCF. Il faut créer une salle municipale sur le secteur André Meunier. Lors du Conseil municipal du 28 février, Vincent Maurin s’est opposé à la délégation au privé de l’auberge de jeunesse Barbey.

Un train de ceinture et des navettes fluviales
La LGV et le tramway ne peuvent être les seules réponses aux défis de déplacements à venir. La proposition des élus communistes de création d’un TER circulaire de St Jean à Ravesies via Cenon et Arlac est désormais à l’ordre du jour. A la CUB, ils proposent de nouvelles navettes fluviales. Pourquoi pas une halte à Ste Croix et Paludate ?

Un Conseil cantonal citoyen
L’avenir du canton doit dépasser les querelles de boutiques entre Mairie et Conseil général. La compétence et la diversité du monde associatif devraient faciliter une nouvelle gouvernance apte à faire avancer l’intérêt général. Nous proposons de réunir, trois fois par an, un Conseil cantonal citoyen.

 

Trop de chômage à Bordeaux !

Avec des taux de chômage dépassant les 20% dans les quartiers populaires, Bordeaux ne se porte pas bien.
Pourtant, il y a un an le Président de la République promettait aux Français qu’ils verraient reculer le chômage dans les semaines et les mois à venir. Fin 2010 le ministère de l’Emploi vient de recenser 210.000 demandeurs d’emploi supplémentaires pour l’ensemble de l’année passée. Cela, après les 509.000 de plus recensés en 2009. Les jeunes, notamment des quartiers Politique de la Ville, les seniors +16%, les chômeurs de longue durée +20% sont les plus touchés.
Les radiations ne masquent plus la remontée d’un chômage de masse. Plus de 4 millions inscrits à Pôle Emploi sur le territoire national. Cette aggravation est bien la conséquence de l’échec de la politique gouvernementale : baisse des coûts salariaux, exonération massive des cotisations patronales, soutien sans faille à la croissance financière… Bref, les vieilles recettes capitalistes sont une fois de plus sans effet sur l’emploi.
Par contre, la redistribution de 43 milliards de profits aux actionnaires des entreprises du CAC 40 en 2010 prouve que l’argent existe, que l’économie se porte bien, mais qu’il faut selon nous réorienter l’utilisation de ces masses colossales d’argent.
Comment en effet supporter la multiplication par deux des plans de licenciement depuis le début de la crise ?
Comment accepter ce dogme de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux dans la fonction publique au nom des principes du Fonds Monétaire International et de la Banque Centrale Européenne ?
Comment accepter de faire supporter le coût de la lutte contre le chômage aux collectivités locales comme le propose ici de manière mesurée la convention Mairie-Maison de l’emploi (votée en janvier dernier) ?
Convention qui soulève plusieurs désaccords ou critiques.
Elle acte, en effet, un nouveau désengagement de l’Etat dont la contribution est réduite à 70% du budget de fonctionnement de la maison de l’emploi dans la limite de 1 million d’euros.
On y apprend que les jeunes diplômés bordelais sont particulièrement touchés :
« Recul de 16% du taux d’emploi des sortants d’écoles d’ingénieurs par rapport à 2009,1 jeune diplômé sur 4 contre 1 sur 5 en 2007 aujourd’hui en recherche d’emploi, recul de38% des offres d’emploi entre 2007 et 2009 ».''
Or l’intervention préconisée par la convention se limite aux simples problématiques de coaching destiné uniquement à aider les jeunes à mieux se vendre sur un marché de l’emploi en restriction.
Même inquiétude pour l’intervention en direction des seniors et des jeunes sans diplôme où l’impact attendu en termes d’emploi reste flou.
Bref, au final il s’agit d’une juxtaposition, voire une superposition de mesures aux effets si limités qu’on ne peut qu’en louer la détermination de certains protagonistes locaux et les appeler, pour plus d’efficacité, à combattre avec nous le capitalisme !

- page 2 de 20 -